Ne manquez pas la nouvelle lettre d'information à destination des agriculteurs Bio de Meuse !

 Vous êtes ici : Accueil > Productions agricoles > Agriculture biologique > #Info BIO - Lettre d'information pour les agriculteurs BIO de la Meuse

#Info BIO - Lettre d'information pour les agriculteurs BIO de la Meuse

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page
@SUJET@

N°3 - Novembre 2022
La Chambre d'Agriculture de la Meuse accompagne les agriculteurs BIO de Meuse depuis plus de 20 ans. Vous retrouvez désormais plusieurs fois par an dans cette lettre d'info BIO nos principales actualités (réglementaires, aides, filières, références...)

CONJONCTURE

Ralentissement des conversions

Au 31 août, les arrêts de certifications bio montrent une hausse de 42 % en 1 an, tandis que les conversions ralentissent de 37 % sur la même période selon l’Agence Bio. Selon une enquête réalisée conjointement par les Chambres d’agriculture et Bio en grand Est, seuls 45 % de ces arrêts seraient réellement des déconversions, les autres étant des changement de forme juridiques ou des transmissions d’exploitation avec un maintien des terres en bio.

D’après les projections de l’Agence, la France devrait malgré tout gagner 1 000 agriculteurs bio d’ici la fin de l’année soit une progression de 2%. Le ralentissement des conversions comme l’augmentation des arrêts seront malgré tout «impossibles à rattraper d’ici la fin de l’année» et «Le premier des sujets pour nous en ce moment, c’est la consommation», affirme Loïc Guines, président de l'Agence bio.

Jeunes bovins bio : les discussions reprennent pour appliquer les nouvelles règles d’élevage

En 2016, des veaux avaient été déclassés en conventionnel pour cause d’absence d’accès à l’extérieur, en application stricte du règlement européen, alors que les organismes certificateurs faisaient jusqu’alors preuve de tolérance. Le guide de lecture publié en janvier 2022 par l'Inao précise désormais que les veaux doivent en principe bénéficier d’un accès extérieur (de type courette) dès 6 semaines, puis d’un accès au pâturage à six mois. Cet âge peut être porté à huit mois en cas d’accès au pâturage durant au moins 30 jours, comme dans les systèmes de veau sous la mère à l’herbe. Afin de préciser le calendrier de mise en conformité ainsi que les sanctions, les discussions ont repris au sein de l'Inao à la demande de la FNAB et du ministère.

Les instituts techniques réaffirment leur soutien à la Bio 

L’ACTA association coordinatrice des 18 instituts techniques agricoles a été pointée par la Cour des comptes comme pas assez investie sur le bio. Elle rappelle que sa mission est d’acquérir des données techniques et économiques pour faire progresser toutes les agricultures. Pour l'Acta, « 50 % au moins des travaux conduits par les ITA servent la bio. Et l'inverse aussi est vrai ». Son rôle est donc de faciliter les transferts entre bio et non bio.

Lire plus...

Les opérateurs souhaitent relancer la consommation de produits Bio 

Face à la hausse des prix de vente conventionnels ainsi qu’à la baisse de consommation de viande bio, Interbev souhaite redynamiser la consommation, notamment à travers une campagne lancée en cette fin d’année dans les grandes surfaces. Cette campagne, notamment financée par le ministère de l’Agriculture à l’Agence Bio et huit interprofessions, se nomme « Bioréflexe ». L'nterprofession laitière nationale, le Cniel, l’a également repris en adaptant les messages aux spécificités de la filière laitière.

Cette campagne de communication multimédia pour convaincre les consommateurs de l’intérêt de la bio sera diffusée à la télévision et sur les réseaux sociaux. Chez Biolait, les producteurs iront aussi à la rencontre des consommateurs dans les magasins Biocoop et Système U qui s’approvisionnent exclusivement chez Biolait pour leurs MDD bio. Le groupement qui représente un quart de la collecte française de lait bio et subit de plein fouet la chute de la consommation, a décidé de recommencer à intégrer de nouveaux producteurs pour ceux qui le souhateraient.

Les produits locaux de plus en plus sollicités devant les produits Bio

Selon un sondage IRI, de plus en plus de consommateurs veulent trouver en priorité des produits locaux dans les rayons des grandes surfaces. La catégorie la plus citée est celle des produits locaux : 51% des consommateurs souhaitent trouver en priorité des produits locaux dans les rayons, contre 46% en 2017. Viennent ensuite les produits fabriqués en France (49%), les produits «sans» – sans pesticides par exemple – (30%), les produits équitables (22%) et les produits végétariens (9%). Seuls 18% des consommateurs citent les produits bio, contre 30% en 2017.

Autre statistique qui illustre ce renforcement de la préférence locale : 86% des sondés privilégieraient un produit local plutôt qu’un produit bio. Interrogés sur leur définition d’un produit local, les consommateurs estiment à 63% qu’il s’agit d’un «produit fabriqué dans ma région», à 44% d’un «produit artisanal» et à 43% d’un «produit vendu en circuit court». Leurs principales motivations pour en acheter sont le civisme, la qualité des produits et le sentiment d’être rassuré sur la provenance.

ESSAIS GRANDES CULTURES

Retour sur Innovaction : Retrouvez nos vidéos tournées lors de nos journées techniques avec des interventions de nos conseillers : Agriculture Biologique - YouTube

Résultats d’essais 2022 : Nos derniers résultats d’essais variété blé pour la campagne récolte 2022 sont sortis. Retrouvez les principaux enseignements : LIRE

PAC 2023

Les règles de la PAC vont évoluer d’ici la prochaine campagne et ce pour les 5 prochaines années. Pour vous approprier ces changements et les anticiper au mieux sur votre exploitation, découvrez d’ores et déjà les principaux éléments dans les documents suivants :

img

Evolution de la DJA

Dans la nouvelle PAC, la dotation jeune agriculteurs va être simplifiée (passage de 17 majorations à trois primes). Ainsi, pour tout jeune installé après septembre 2023, le montant de base de la DJA passe à 20 000 €, +11 000 € pour l’agriculture de montagne, +10 000 € pour les systèmes polyculture-élevage et + 3 000 € pour les formations suivies dans les 3 ans post-installation.

Fiches synthétiques du Ministère PAC 2023-2027

Le Ministère de l’agriculture vient de sortir 17 fiches concises et officielles à lire et à utiliser sans modération, à retrouver sur notre site internet : LIRE

PAC 2023 et agriculteurs Bio

Pour aller à l’essentiel et informer directement les agriculteurs bios des principales évolutions les concernant, retrouvez notre fiche rédigée par les Conseillers des chambres d’agriculture du Grand Est : LIRE

CAB 2023

A partir des engagements PAC 2023, la rotation avec une culture annuelle au cours des 5 années d’engagement ne sera plus exigée pour les légumineuses fourragères pures, mais uniquement pour les légumineuses en mélanges avec graminées (MLG). Cette mesure n’est pas rétroactive pour les contrats en cours.

MAEC

Cette nouvelle programmation PAC ouvre la porte à de nouvelles possibilités de souscription MAEC dont on connaît déjà les principaux montants et arbitrages. Certaines d’entre-elles peuvent particulièrement intéresser les agriculteurs bio : MAEC SHP (herbagère), MAEC Autonomie Fourragère, MAEC Zone Intermédiaire (Grandes Cultures et Polyculture-élevage) et MAEC Forfaitaires.

Découvrez-en les premiers contours dans une vidéo réalisée par nos conseillers : MAEC systèmes 2023-2027 : laquelle choisir ? - YouTube et retrouvez nous près de chez vous lors de nos réunions d’information ces 4 et 8 novembre. 

img

AGENDA

  • Vendredi 4 novembre à Stenay et Belleray et Mardi 8 novembre à Void Vacon et à Savonnières dvt Bar. Réunions MAEC 2023
En savoir plus...
  • Mercredi 9 novembre à St Mihiel  Portes ouvertes du Comptoir des Viandes Bio (sur inscription)
En savoir plus...
  • Mardi 15 novembre à Bras/Meuse  FORMATION "Renouveler son certiphyto" spécifiquement destinée aux agris Bio.Inscription auprès de MC. Antunes 03 29 76 81 21 - Renseignements : Matthieu Zehr 03 29 76 81 36.
  • Mardi 22 novembre à Doulcon, mardi 29 novembre à Ligny en Barrois, vendredi 02 décembre à Issoncourt QUINZAINE DE LA TRANSMISSION
En savoir plus...

Logo
Logo
Facebook
Twitter
LinkedIn
YouTube
Copyright © 2021, Tous droits réservés.
Si vous ne souhaitez plus recevoir de communication de notre part, cliquez ici pour vous désabonner. 

contacts

Besoin d'informations ?

Ludovic REMY
Conseiller en Agriculture biologique
Tél : 03.29.76.81.48 / 06.73.48.00.17